Le vieillissement

Entre 40 et 50 ans, une dĂ©gradation progressive de la fonction visuelle se produit. 
L’accommodation ne permet plus la lecture des petites lettres Ă  moins de 30 Ă  35 cm, ni mĂȘme Ă  la distance oĂč nos mains ont l’habitude de placer un livre : c’est la presbytie.

Ce dĂ©clin de la vue est d’autant plus rapide que l’on Ă©volue dans un environnement qui sollicite la vision. Le ralentissement des rĂ©flexes liĂ© Ă  l’insuffisance d’accommodation crĂ©e des situations de fatigue qui accroissent la charge mentale et accĂ©lĂšrent le vieillissement des fonctions visuelles. Il est alors urgent, pour l’équilibre tout entier de la personne, de corriger ce dĂ©faut qui s’ajoute bien souvent Ă  d’autres dĂ©jĂ  dĂ©tectĂ©s. C’est alors l’arrivĂ©e pour la plupart d’entre nous des verres progressifs qui permettent, Ă  la fois, une bonne vision de loin et une bonne vision de prĂšs mais qui rĂ©clament une adaptation pouvant ĂȘtre facilitĂ©e par des sĂ©ances de rĂ©Ă©ducation orthoptique.

Dans le mĂȘme temps, l’adaptation Ă  l’obscuritĂ© et la vision nocturne diminuent : la conduite de nuit est plus difficile qu’auparavant. De mĂȘme, toute situation visuelle de prĂšs rĂ©clamera une ambiance lumineuse plus importante.

Le vieillissement entraĂźne Ă©galement une chute de l’acuitĂ© visuelle qui baissera au fur et Ă  mesure pour atteindre naturellement 6/10 vers l’ñge de 80 ans. 
La gĂȘne liĂ©e au vieillissement ne doit pas ĂȘtre majorĂ©e par un dĂ©sĂ©quilibre de la vision binoculaire qui n’aurait pas Ă©tĂ© dĂ©tectĂ©. Une rĂ©Ă©ducation orthoptique adaptĂ©e peut permettre de maintenir une activitĂ© et une autonomie chez la personne ĂągĂ©e.

L’information du public est essentielle afin que les yeux et la vision soient contrĂŽlĂ©s pĂ©riodiquement par l’ophtalmologiste et l’orthoptiste.

Paris orthoptiste